Rapprocher la science et le développement

  • Les chercheurs et le gouvernement ivoiriens pour le renforcement de la R&D

[ABIDJAN] Le Ministère ivoirien de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique, en collaboration avec plusieurs instituts de recherche ivoiriens, a dévoilé un document cadre pour soutenir la mise en œuvre des programmes de recherche dans le pays.

Ensembles, ils se sont fixés comme objectif de renforcer la recherche ivoirienne et d'améliorer la contribution de la science à une satisfaction plus efficace des besoins en développement de la population.

Le 'Document cadre de mise en œuvre des pôles de compétences et des programmes nationaux de recherche en Côte d'Ivoire' a été formellement validé au cours d'un séminaire organisé le mois dernier (du 21 au 24 août) à Grand-Bassam dans le sud de la Côte-d'Ivoire

Parmi les participants à la conférence ont figuré des fonctionnaires du Ministère, des présidents des universités publiques ivoiriennes, des représentants du Ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique, ainsi que des experts nationaux et internationaux.

Pour Katy-Coulibaly Séraphin, Directeur général de la recherche au Ministère, le document a été largement débattu, permettant ainsi de s'accorder sur le texte et de le valider.

'Il s'agit d'associer des initiatives, des centres de formation, des départements d'universités publiques ou privées variés […] afin de créer une synergie autour de projets communs et innovateurs ,' a-t-il déclaré dans un entretien avec SciDev.Net.

Il se dit convaincu de la nécessité pour la recherche ivoirienne de toucher un public international.

Le document recommande par ailleurs une augmentation substantielle du financement public  de la recherche à un pour cent du PIB (produit intérieur brut). Selon le Programme d'appui stratégique à la recherche scientifique en Côte-d'Ivoire (PASRES), cette proportion s'élève actuellement à moins de 0,5 pour cent.

'Depuis l'adoption du Plan de Lagos de 1980 [le Plan d'action de l'Organisation de l'Unité africaine pour le développement économique de l'Afrique], les pays africains ont été constamment exhortés à consacrer au moins un pour cent de leur produit national brut (PIB) à la recherche pour le développement', rappelle Yaya Sangaré, secrétaire exécutif du PASRES, s'exprimant à la fin du séminaire.

Le document cadre prévoit également des projets de création de groupes de réflexion pour servir de catalyseurs pour la mise en œuvre de nouvelles innovations, ajoute Sangaré

'Cela doit être fait en partenariat avec le secteur privé afin que les inventions technologiques ne restent pas inutilisées', souligne Evelyne Gossan, chercheuse à l'Université Félix Houphouët-Boigny d'Abidjan.

Arona Diedhiou, chercheur à l'Institut de recherche pour le développement en France, se dit satisfait de l'adoption par la Côte d'Ivoire de ce document cadre.  

Il a surtout insisté sur la 'nécessité pour les centres de recherche de disposer de fonds suffisants et de les gérer efficacement pour soutenir les programmes nationaux de recherche'.

Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.