Rapprocher la science et le développement

  • Le Sénégal et le Pakistan coopèrent dans le domaine de la télédétection

[ABIDJAN] Des chercheurs du Centre de suivi écologique (CSE) de Dakar et du Réseau inter-islamique sur la technologie et les sciences spatiales de Karachi au Pakistan (en anglais, Inter-Islamic Network on Space Sciences and Technology, ou ISNET), ont conclu un accord de collaboration sur les technologies spatiales dans le but d'accroître la production alimentaire sénégalaise.

Dans un entretien accordé à SciDev.Net, Aziz Touré, Directeur général du CSE, affirme, les technologies spatiales – et surtout de la télédétection – associés à des politiques gouvernementales comme l'augmentation des importations des produits alimentaires, peuvent contribuer à la résolution des problèmes alimentaires du pays auquel le pays fait face.

Pour Touré, la croissance démographique induit une forte demande de produits alimentaires, ce qui menace la sécurité alimentaire dans les pays en développement et accroît ainsi leur dépendance vis à vis des marchés extérieurs. La situation s'est aggravée avec les changements climatiques comme en témoignent les événements climatiques extrêmes.

Abdoul Aziz Diallo, président de la Croix-Rouge sénégalaise prévient que le Sénégal est l'un des pays les plus touchés par la crise alimentaire que connaît actuellement le Sahel. 'Environ 800.000 personnes sont touchées par l'insécurité alimentaire', estime-t-il.

Ahmad Bilal, président de l'ISNET, organe placé sous la tutelle du Comité permanent pour la coopération scientifique et technologique (COMSTECH) de l'Organisation pour la coopération islamique (OCI), explique que les satellites sont capables de recenser des données de plusieurs régions différentes en même temps.

'Avec la télédétection, les données collectées peuvent être analysées grâce aux technologies spatiales', ajoute-t-il, estimant que ces technologies, 'apportent une contribution décisive dans les domaines de l'agriculture de précision, de la surveillance des cultures, de l'évaluation des rendements, et des prévisions météorologiques'.  

Pour Bilal, un séminaire organisé le mois dernier (9-14 juillet) à Dakar à l'intention des chercheurs sénégalais et des chercheurs membres l'ISNET a été l'occasion pour les pays membres de l'ISNET, de mettre en place une collaboration permanente sur les applications de la technologie spatiale pour le renforcement de la sécurité alimentaire.

Parmi les principaux domaines de cette collaboration figurent la gestion des terres ; l'analyse des facteurs de détérioration des cultures, y compris la disponibilité de l'eau et les conditions météorologiques ; l'évaluation des dégâts causés par les inondations, les cyclones, les feux de brousse, le froid extrême et les séismes ; et enfin l'analyse des données agro-météorologiques des terres et sols.

Ismaila Diop, Directeur de cabinet au ministère sénégalais de l'environnement, estime que la sécurité alimentaire est une priorité pour les dirigeants africains.

'La coopération entre les experts sénégalais et ceux du réseau ISNET nous permet de trouver des solutions adéquates aux effets néfastes des changements climatiques sur le développement agricole et la sécurité alimentaire en Afrique', a-t-il déclaré.