Rapprocher la science et le développement

  • Un vaccin contre une maladie du bétail lancée 30 ans après son développement

Shares

[NAIROBI] Un vaccin efficace, délaissé puis peu utilisé depuis son élaboration il y a 30 ans,  est enfin disponible sur le marché grâce un nouveau programme destiné à mettre en pratique les innovations.

Ce vaccin protège contre la redoutable 'fièvre de la côte est' (FCE), qui tue deux vaches toutes les minutes, soit un million chaque année, entraînant des pertes économiques estimées à US$ 189 millions dans les onze pays d'Afrique de l'Est et de l'Afrique australe où la maladie se propage.

Cette maladie est causée par le parasite Theileria parve transmis par des tiques de la famille des Ixodidés. Ce vaccin avait été développé il y a 30 ans par l'Institut international de recherche sur le bétail (ILRI) à Nairobi, au Kenya, en collaboration avec d'autres organisations internationales. Un seul lot, de 600.000 doses, n'a été produit qu'en 1996 par l'ILRI avec l'appui de l'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture.

En 2007, l'offre ayant chuté à 230.000 doses, l'on craignait la disparition pure et simple du vaccin..

C'est alors que l'Alliance internationale pour les Médecines vétérinaires du bétail (GALVmed) – une alliance à but non lucratif regroupant des gouvernements, des organismes publics et privés ainsi que le Bureau interafricain de l'Union africaine pour les ressources animales, ont commencé à soutenir la production de nouvelles doses, faciliter l'enregistrement du vaccin, et créer des partenariats public-privé pour la production et la commercialisation du vaccin.

« L'originalité de cette initiative réside dans la mise en place d'une équipe spéciale à GALVmed qui a travaillé en étroite collaboration avec les gouvernements et les entreprises dans cette région pour promouvoir de nouveaux partenariats », a déclare Steve Sloan, Directeur exécutif de GALVmed, au Réseau Sciences et Développement

Plusieurs enseignements ont été tirés de cette expérience et seront appliqués à l'avenir dans le développement d'autres vaccins en Afrique et en Inde, où GALVmed entend lever les obstacles au développement des vaccins, révèle Sloan.

Phil Toye, chef du projet des vaccins et diagnostics à l'ILRI, pense que la question réside dans la capacité à développer un vaccin peu onéreux et efficace pour une production de masse, avec la garantie que les différentes souches du T. parva n'ont pas été introduites dans de nouvelles régions. Le risque est que le vaccin est fondé sur la « méthode infection et traitement » (ITM), dans laquelle le parasite vivant est inoculé en même temps qu'un antibiotique.

« L'ILRI et ses partenaires ont pris la décision de ne pas breveter l'ITM pour permettre aux éleveurs pauvres des pays de la région d'y avoir accès », a précisé Henry Kiara, épidémiologiste à l'ILRI.

Le vaccin a déjà reçu une homologation au Kenya, au Malawi et en Tanzanie et le sera en Ouganda cette année. Ce sera le tout premier vaccin pour animaux homologue en Ouganda.

Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.