Rapprocher la science et le développement

  • Les technologies post-récoltes montrent leur efficacité dans le cas du niébé

Shares

Selon des recherches récentes, les astuces qui empêchent la putréfaction du niébé, un produit de base africain, après sa récolte rapporteront 295 millions de dollars américains (220 millions dʹeuros) en Afrique de lʹOuest et centrale dʹici 2020.

Cette étude a démontré que les radiateurs solaires pour tuer les parasites, les conteneurs simples et étanches, ainsi que dʹautres technologies de stockage ayant été développées entre 1982 et 2007 dans le cadre du Bean/Cowpea Collaborative Research Support Program (CRSP), ont actuellement un impact considérable sur la production de niébé (Vigna unguiculata), une importante source de protéines dans les régions semi-arides de lʹAfrique sub-saharienne.

Ce programme, connu sous le nom de Pulse CRSP, collabore avec lʹAgence des États-Unis pour le développement international (USAID) pour soutenir la recherche et élargir les liens entre ceux qui mènent des recherches sur le niébé en Afrique de lʹOuest et centrale et leurs homologues états-uniens.

Dʹaprès cette étude, cette collaboration a permis dʹaméliorer les technologies qui sont actuellement utilisées pour stocker presque un tiers des céréales dans la région.

Les chercheurs ont mesuré lʹimpact économique des technologies non chimiques dans sept pays (le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, le Mali, le Niger, le Nigeria et le Sénégal) qui représentent plus de 96 pour cent de la production régionale.

Ils ont interrogé environ 800 cultivateurs de niébé ayant été sélectionnés de manière aléatoire, et ils ont recueilli auprès de plusieurs sources des données relatives aux prix. Les résultats ont été publiés dans lʹédition de juillet du Journal of Stored Products Research.

"Si le niébé est stocké dans des conteneurs étanches, comme les sacs de triple épaisseur ou les barils en métal, les insectes [parasitaires] consomment rapidement lʹoxygène, lʹoxygène diminue et soit les insectes meurent, soient ils sʹéloignent du niébé sans créer dʹautres dommages" a déclaré James Lowenberg-DeBoer, coauteur de cette étude et Professeur dʹéconomie agricole à lʹUniversité de Purdue, aux États-Unis.

Il a ajouté que ces technologies impliquent que des millions dʹagriculteurs pauvres peuvent augmenter leurs revenus en vendant leurs produits, en particulier pendant les saisons au cours desquelles le niébé est rare. Ces technologies améliorées permettent également de diminuer lʹapplication de pesticides pendant le stockage du niébé qui entraîne des risques dʹempoisonnement.

Plusieurs rapports ont récemment souligné combien il est important dʹutiliser les technologies existantes et les nouvelles afin de réduire les pertes et les déchets alimentaires après les récoltes, qui sʹélèvent à 30 pour cent de la production alimentaire mondiale.

Selon Ousmane Coulibaly, économiste en agriculture rattaché à lʹInstitute of Tropical Agriculture (IITA) du Bénin, cette étude sous-estime probablement les avantages financiers totaux.

"Le niébé apporte des protéines et prévient ainsi les maladies nutritionnelles, en particulier chez les personnes les plus pauvres, ce qui peut également entraîner des gains financiers".

Adeola Olufemi Oyebanji, le responsable du Nigerian Stored Products Research Institute a également précisé que cette étude examinait les technologies améliorées uniquement au niveau rural, ce qui ne reflétait donc pas le gain financier général au niveau régional.

"Les gains financiers des grandes industries qui utilisent également les technologies améliorées pour stocker le niébé, sont énormes", a déclaré A. O. Oyebanji.

Lien vers un résumé de lʹarticle publié dans le Journal of Stored Products Research (en anglais)

Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.