Rapprocher la science et le développement

Des cartes du sol pour aider les agriculteurs africains
  • Des cartes du sol pour aider les agriculteurs africains

Crédit image: European commission

Lecture rapide

  • La première série de cartes des sols de l'Afrique sub-saharienne montre les niveaux de nutriments et d'acidité

  • Les agriculteurs pourront les utiliser pour surveiller la qualité changeante des sols et y faire face

  • L'accès du public aux cartes est limité, mais la plupart desdites cartes devraient être disponibles cette année

Shares
[NAIROBI] Des scientifiques ont utilisé des images satellitaires pour cartographier l’état des sols à travers l'Afrique sub-saharienne.
 
Les cartes en ligne, produites par le Centre international pour la recherche en agroforesterie (ICRAF) -- une institution de recherche basée au Kenya qui fait partie du Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale (GCRAI) -- montrent comment les matières organiques, les nutriments et l'acidité varient à travers cette région.
 
La production de la première série de ces cartes, dévoilée le mois dernier (4 juin) pour une utilisation actuellement limitée, a pris plus de trois ans et d'autres cartes examinant la couverture végétale, le taux d'absorption d'eau et l'adéquation des cultures aux différents types de sols en Afrique sub-saharienne sont en cours de production.
 
Les chercheurs ont recueilli des informations à partir d'échantillons de sol provenant de 24 pays africains représentant les différentes zones climatiques de la région, telles que celles aux fortes précipitations ou aux températures élevées.
 

“Les sols ici ne cessent de changer en fonction de la façon dont ils sont utilisés ou gérés.”

Tor-Gunnar Vagen, chercheur principal à l'ICRAF

L’ICRAF a recueilli des données à travers l'Afrique sub-saharienne sur les différentes propriétés des sols qui ont été combinées avec des images satellitaires de la National Aeronautics and Space Administration (NASA), pour produire des cartes montrant l'état de santé des sols, notamment les zones souffrant d’une forte érosion du sol ou celles ayant des niveaux de nutriments élevés.
 
L'initiative, qui vise à produire des informations exactes et à jour pour aider les agriculteurs africains, a été conduite de 2009 à 2012.
 
"Les sols ici ne cessent de changer en fonction de la façon dont ils sont utilisés ou gérés. Par exemple, ils peuvent gagner du carbone à la suite de l'épandage du fumier puis le perdre ensuite à cause du surpâturage. Ces changements doivent être saisis", affirme Tor-Gunnar Vagen, chercheur principal à l'ICRAF et principal enquêteur pour la cartographie de la santé des sols au Service d'information sur les sols africains.
 
Ces cartes fournissent également des informations sur la prévalence de la dégradation des terres due à l'érosion du sol ou du sol compacté qui freine la croissance des racines.
 
"Les nouvelles cartes peuvent être utilisées pour surveiller l’évolution de la qualité des sols. Les agriculteurs peuvent, par exemple, identifier les menaces émergentes telles que les faibles niveaux de nutriments et ajouter de l'engrais en vue d’enrichir le sol et d’augmenter la productivité des cultures", affirme Vagen.

Elles seront actualisées en permanence.
 
Les agriculteurs peuvent également remonter dans le temps en étudiant les cartes pour déterminer, par exemple, les niveaux de matières organiques que contenaient leurs terres il y a 20 ans, laisse-t-il entendre.

"Ils peuvent, par conséquent, dire si la santé de leurs sols s'est améliorée ou dégradée et prendre les mesures appropriées", ajoute-t-il. Les données couvrent les trente dernières années.
 
Alors que les cartes pédologiques traditionnelles soulignent des aspects tels que la structure du sol et la teneur en minéraux qui ne peuvent pas être facilement changées, les nouvelles cartes mettent l’accent sur des propriétés telles que l'érosion et les niveaux de nutriments qui peuvent être plus facilement modifiés, déclare Leigh Winowiecki, un pédologue au Service d'information sur les sols africains.
 
"Les pasteurs du nord du Kenya pourraient ne pas être capables de faire grand-chose quant à la texture de leurs sols", dit-elle.

"Mais en appliquant du fumier de bovins sur leurs terres, ils empêcheront l'érosion, amélioreront l'absorption d'eau dans le sol, créeront un bon environnement pour la croissance des racines et augmenteront les pâturages pour leurs bestiaux".
 
"L'accès du public à certaines des cartes reste limité, étant donné que les chercheurs veulent maintenant affiner les cartes numériques et les rendre plus faciles à utiliser.

La plupart seront disponibles dans le courant de cette année", affirme Vagen.
 
 
Cet article est une production de la rédaction anglophone d'Afrique sub-saharienne de SciDev.Net.


Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.