Rapprocher la science et le développement

Avec des sols fertiles,
  • Avec des sols fertiles, "les rendements pourraient doubler, voire tripler"

Crédit image: Flickr/AGRA

Lecture rapide

  • Chaque année, l’Afrique perd 4 milliards de dollars EU à cause de la baisse des rendements agricoles, due au déficit en nutriments des sols

  • Un programme de santé des sols mis en œuvre dans 13 pays et ciblant les petits exploitants a permis d’améliorer les rendements

  • Mais un expert recommande de ne pas viser uniquement les petits exploitants

Shares
[NAIROBI] Un nouveau rapport montre que les agriculteurs africains pourraient doubler, voire tripler les rendements de leurs exploitations, s’ils adoptaient la Gestion intégrée de la fertilité des sols (GIFS).
 
Selon le rapport, la baisse de la teneur de sols en nutriments essentiels constitue un danger pour la sécurité alimentaire et la nutrition en Afrique, et le continent perd 4 milliards de dollars EU par an, à cause de la faiblesse des rendements agricoles, due à la mauvaise santé des sols.
 
Intitulé Seeking fertile ground for a green revolution in Africa, ce rapport qui a été lancé par l’Alliance pour une révolution verte en Afrique (AGRA) le mois dernier (22 août) à Nairobi au Kenya, indique que la GIFS promeut les pratiques telles que l’utilisation des engrais, la rotation des cultures et la culture de légumineuses, afin d’améliorer la fertilité des sols.

“La première étape vers la sécurité alimentaire consiste à assurer que les petits agriculteurs comprennent l’importance de la santé des sols dans la planification de la production.”

Bashir Jama, Programme de santé des sols de l’AGRA


Le rapport précise que la GIFS est un programme quinquennal de santé des sols lancé en 2009 dans 13 pays d’Afrique subsaharienne, notamment le Burkina Faso, l’Ethiopie, le Ghana, le Kenya, le Malawi, le Mali, le Mozambique, le Niger, le Nigeria, le Rwanda, la Tanzanie, l’Ouganda et la Zambie.

Lors de la cérémonie de lancement du rapport, Bashir Jama, le directeur du programme de santé des sols de l’AGRA a déclaré :

"La première étape vers la sécurité alimentaire consiste à assurer que les petits agriculteurs comprennent l’importance de la santé des sols dans la planification de la production".
 
L’AGRA a déjà formé 1,8 millions de petits exploitants à la GIFS et promu le concept auprès de 3,5 millions autres dans les pays africains, révèle le rapport.
 
L’un des principaux objectifs du programme GIFS pour des petits exploitants d’Afrique subsaharienne est de porter l’usage des engrais de huit kilogrammes en moyenne à 50 kilogrammes, conformément à la Déclaration d’Abuja de 2006, selon Qureish Noordin, chargé de programmes à l’AGRA.
 
"En Tanzanie, 28.000 agriculteurs ont participé à ce programme qui a permis de plus que doubler le rendement du maïs, le portant de 1,5 tonne à 3,5 tonnes par hectare et celui du pois de cajan de 0,6 à 1,4 tonne par hectare", souligne le rapport.
 
Selon Urbunus Mutua, lui aussi petit exploitant et leader d’un groupe d’environ 10.000 agriculteurs du comté de Makeuni au Kenya, qui promeut ce concept auprès de ses pairs, les petits agriculteurs du comté tirent profit de la GIFS.
 
"Avant, les agriculteurs du comté de Makueni, une région semi-aride, ne produisaient que 300 kilogrammes de sorgho par récolte, mais grâce à la GIFS, leur production   atteint jusqu’à une tonne [1.000 kilogrammes] affirme Mutua dans un entretien à SciDev.Net.
 
D’après Noordin, les changements climatiques risquent d’accélérer la dégradation des sols.

"Les gouvernements africains doivent urgemment prendre des mesures en vue d’augmenter leurs budgets agricoles afin de garantir la disponibilité et l’accessibilité des engrais ", suggère-t-il, en précisant que si l’Afrique veut assurer sa sécurité alimentaire, elle doit ériger la qualité des sols en priorité.
 
Richard Onwonga, enseignant au Département de gestion des sols et des technologies agricoles à l’Université de Nairobi, estime que la GIFS peut être avantageuse pour les agriculteurs, à condition de ne pas cibler uniquement les petits exploitants.
 
"La taille des exploitations ne cesse de diminuer, par conséquent, cultiver la même parcelle saison après saison peut s’avérer inefficace", craint-il. "Les agriculteurs doivent regarder au-delà des limites de leur champ. Ils peuvent cultiver des produits différents et se partager les récoltes".
 
Il ajoute que l’agroforesterie peut assurer une bonne santé des sols et une nutrition équilibrée des plantes.
 
Lien vers le rapport.

Cet article est une production de la rédaction Afrique subsaharienne de SciDev.Net.



Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.