Rapprocher la science et le développement

Un test permet de différencier les infections aux virus Zika et dengue
  • Un test permet de différencier les infections aux virus Zika et dengue

Crédit image: Jose Gomez-Marquez

Lecture rapide

  • Les tests existants ne permettent pas de faire la distinction entre Zika et dengue

  • Un nouveau test rend cela possible avec une feuille de papier

  • La prochaine consiste en la commercialisation, après mise en conformité

Shares
[SÃO PAULO] Un test rapide et rentable développé par une équipe internationale de chercheurs pourrait faciliter le diagnostic des infections aux virus Zika et dengue.
 
Le test utilise une bandelette de papier chromatographique similaire à celle utilisée dans les tests de grossesse rapides. La feuille est immergée dans une solution contenant une petite quantité de sang de la personne infectée et les résultats sont disponibles en 15 minutes.
 
Si la bandelette de papier devient violette, cela signale la détection d'une protéine (antigène) appelée NS1. Cette protéine est sécrétée par les virus dans la circulation sanguine dans les premiers jours après l'infection.
 
Actuellement, la détection précoce des deux maladies est difficile car elle repose sur la détection de la réponse immunitaire du corps, qui commence cinq jours après l'infection. Il est également impossible de déterminer si l'infection a été causée par le virus Zika ou par le virus de la dengue, car les deux microorganismes produisent la protéine NS1.
 
Les chercheurs ont surmonté ce défi en développant une série d'anticorps monoclonaux - des protéines produites à partir d'un type de cellules immunitaires - qui permettent de distinguer entre une protéine NS1 produite par Zika et une protéine produite par la dengue.
 
Selon l'article, publié dans la revue Science Translational Medicine, le test a été réalisé dans des échantillons de sang d'individus infectés du Brésil, de Colombie, d'Inde et du Mexique. En plus de distinguer les infections causées par Zika ou par la dengue, il est capable de détecter une infection, même lorsque les protéines NSI sont produites en faible quantité.
 
"La prochaine étape consiste à satisfaire aux exigences administratives des organismes de réglementation, afin d'approuver le test, et de négocier avec les entreprises et les gouvernements, pour rendre possible sa production commerciale", a déclaré dans une interview avec SciDev.Net Lee Gehrke, du Massachusetts Institute of Technology, auteur de l'étude.
 
Le coût de production actuel du test est estimé à $USD 5 USD (soit environ 3000 Franc CFA), mais selon Lee Gehrke, il pourrait être réduit à mesure que les quantités produites augmentent.
 
Le chercheur estime que l'équipe a l'intention d'utiliser la même méthode pour détecter d'autres virus - tels que Usutu, transmis par les moustiques Culex, et Powassan, transmis par les tiques - qui pourraient devenir une menace pour la santé humaine.
 
Pour Valtencir Zucolotto, ingénieur en physique des matériaux à l'Institut de Physique de l'Université de Sao Paulo, le nouveau test est un développement positif en raison de sa capacité à distinguer clairement les quatre sérotypes connus de la dengue et de Zika.
 
"Cette approche implique un travail assez complexe de la biologie moléculaire et pourrait être utile pour un diagnostic rapide et rentable dans les régions endémiques du monde où le virus Zika et la dengue circulent en même temps", a-t-il ajouté.
 
L'étude publiée dans Science Translational Medicine est le résultat de projets financés par FAPESP, un donateur SciDev.Net.
 
Republier
Nous vous encourageons à reproduire cet article en ligne ou sur support papier. La reproduction est libre de droit, suivant les termes de notre licence Creative Commons. Nous vous prions cependant de suivre ces directives simples :
  1. Vous devez créditer nos auteurs.
  2. Vous devez créditer SciDev.Net — dans la mesure du possible, veuillez insérer notre logo, avec un rétrolien vers l’article originel.
  3. Vous pourriez aussi simplement publier les premières lignes de l’article et ajouter ensuite la mention: "Veuillez lire l’intégralité de l’article sur SciDev.Net", avec un lien vers l’article originel.
  4. Si vous souhaitez aussi reprendre les images publiées avec cet article, veuillez vérifier avec les détenteurs de droits d’auteur que vous êtes autorisés à les utiliser.
  5. Le moyen le plus facile de reproduire l’article sur votre site est d’intégrer le code ci-dessous. 
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre page media et nos conseils pour la reproduction.